Date de publication : 11/ 10/ 2012

Très chère Matricule 728

Vous êtes une vedette! Vous êtes sans doute la seule policière dont les gens connaissent le numéro de matricule! Ce n’est pas rien.

Mais vous avez un nom évidemment, Stéphanie Trudeau. C’est votre nom d’être humain.

Mais votre nom de matamore reste un numéro de matricule. Comme dans un film militaire.

Bref, vous avez un historique, Madame. Peut-être êtes-vous une excellente policière en général. Personne ne vous filme en permanence.

Cela dit, le public a pris connaissance de trois événements vous concernant.

Le 14 juillet 1996 à 23h10, vous êtes allé à l’hôpital Sainte-Justine pour enquêter sur l’agression sexuelle d’une jeune fille de 14 ans. Sur place, vous discutiez à voix très haute avec son oncle et avez répondu agressivement aux infirmières qui vous demandaient de baisser la voix et de respecter l’intimité de la présumée victime. Ignorant le fait que la petite était assise dans le corridor en pleurs et que tout le monde pouvait entendre son histoire, vous avez fait valoir de façon intimidante que personne ne vous empêcherait de faire votre travail et que vous enquêtiez sur une agression sexuelle.

Cinq ans plus tard, vous avez été condamnée à une suspension de six jours par le Comité de déontologie policière.

Entre temps, une nouvelle plainte a été déposée contre vous pour quelque chose qui se serait produit en 1998, mais vous fûtes blanchie.

Entre 2001 et 2012, vous semblez avoir appris à respirer par le nez. Mais, comme je disais plus haut, personne ne vous filme en permanence.

En mai 2012, vous avez poivré des manifestants alors qu’ils ne présentaient aucun risque pour vous et vos collègues. Ils contestaient votre autorité, certes, mais avec des mots et aucune agressivité. Normalement, il est difficile pour le commun des mortels de juger des réactions des policiers puisque vous faites un travail très difficile et stressant. Nul doute. Beaucoup de vidéos qui circulent montrent des policiers qui frappent des gens sans que le public ait droit au véritable contexte. Dans le cas qui nous intéresse cependant, la vidéo dans laquelle nous pouvons vous voir agir est assez complète et démontre clairement que vos réactions étaient violentes pour rien. Ça s’appelle de l’abus de pouvoir. D’ailleurs, malgré le fait que c’était probablement un coup de « PR », force est de constater que le SPVM est d’accord, à tout le moins symboliquement, puisque vous avez été retiré des manifestations étudiantes par la suite.

En octobre 2012, vous êtes intervenu auprès d’un homme qui buvait une bière en public ce qui est effectivement illégal. La vidéo de cette intervention est sortie et, outre votre langage ordurier et indigne d’un policier, elle démontre une fois de plus votre caractère agressif, vos préjugés, votre haine, votre mépris et surtout votre promptitude.

Chère Madame, force est de constater que vous n’êtes pas digne du poste que vous occupez. Vous avez visiblement un problème de contrôle de votre agressivité. Le SPVM doit soit vous renvoyer, soit vous forcer à suivre une thérapie. Vous êtes dangereuse.

Je sais, le poivre de Cayenne n’est certainement pas une arme fatale, j’en conviens. Mais arracher des ongles de doigts et d’orteils non plus. C’est pourtant une méthode décriée lorsque l’on parle de torture. La fatalité du geste n’a aucun rapport dans sa gravité. Mais vous possédez quand même une arme à feu, et c’est là que ça devient très inquiétant.

Tout emploi amène son lot de préjugés. Dieu sait que les policiers n’en sont pas exonérés. Dans ce contexte, vous avez le devoir de représenter les policiers, mais surtout des policières. Si vous ne vous inquiétez pas des préjugés défavorables à votre endroit, pensez un peu à vos collègues. Combien de policiers se feront juger par la population à cause de vous? Pire encore, combien de gens vous prendront en exemple pour prouver que les femmes n’ont pas leur place dans la police parce qu’elles sont trop émotives? Évidemment, c’est à eux d’avoir du discernement et de ne pas véhiculer des idioties. Mais vous ne pouvez donner de munitions à ce genre de discours.

Très chère Matricule 728, madame Stéphanie Trudeau, les citoyens doivent pouvoir compter sur un corps policier respectable. Mais vous le salissez en démontrant que vous êtes empreinte d’une haine et d’un penchant vers la violence nourrie de préjugés et d’ignorance.

S’il vous plaît, retirez-vous et faites-vous soigner avant que quelque chose de grave se produise.

 

(Photo : Môsieur J. [version 7.1.2])

Annoncez ici
More in A la Une, fil de presse, Société
fiscal
Taxera, taxera pas

Le gouvernement Marois recule sur l'abolition de la taxe santé. Question quiz : nommez le ministre des finances du Québec....

fenetre
Une fenêtre historique pour relancer la souveraineté du Québec

  L'auteur de ce texte est Carl Boileau :   À la base étant un militant indépendantiste, il devient pour...

Photographie par l'UNODC
Le PQ ou la liberté d’agir

On croyait que l'argent n'avait pas d'odeur; nous apprenons aujourd'hui qu'il a au contraire une riche fragrance de rose. J'ai...

Sur le bord d'une des grandes rues de Mbour, on peut trouver des commerces en tous genres. Ces tôliers rebâtissent, à partir de rien, des voitures qui pourront parcourir tout le Sénégal.
Commercer et marchander au Sénégal

Au début du mois de janvier, je suis parti au Sénégal travailler pour une ONG Canadienne dans un programme Ouest-Africain....

Yayaho le croqueur de mots par Geneviève Lemieux
Un minet « funky » pour s’amuser avec les mots!

Yayaho le croqueur de mots Ce chat coloré adore les mots. Sur son chemin, il croise entre autres, Madame Hortense...

Close