Date de publication : 5/ 09/ 2012

Attentat à la démocratie

  Je ne suis pas une fan de Mme Marois.  Je n’appuie pas son parti non plus. Mais j’aime la démocratie, et respecte les choix et les opinions de mes concitoyens.  Si j’éprouve des sentiments mitigés face au résultat électoral d’hier, je suis profondément troublée par ce qui s’est produit au Métropolis.

On en saura plus dans les heures, voire les jours à venir.  Était-ce un fou furieux qui avait besoin de soins? Un anti-péquiste qui a sauté une coche? Un anglo en manque d’attention? Un misogyne assoiffé de sang? Ce qu’on sait, c’est qu’une personne est décédée, et que deux autres ont été blessées. Ce qu’on sait, c’est que la démocratie, ou en tous cas, le processus démocratique, a été attaqué. Ce qu’on sait, c’est que Mme Marois était visée. C’est grave.

     « Toute personne est titulaire des libertés fondamentales telles la liberté de conscience, la liberté de religion, la liberté d’opinion, la liberté d’expression, la liberté de réunion pacifique et la liberté d’association », nous dit l’article 3 de la Charte des droits et libertés du Québec. Ces libertés, elles valent pour tous. Nous avons aussi tous droit à la protection de notre dignité, et à la sécurité lorsque nous exerçons ces droits fondamentaux.

Dans une société de liberté comme la nôtre, de s’attaquer à quelqu’un en raison de ses opinions politiques est inacceptable. Un Gaétan Barrette qui qualifie ses opposants d’insignifiants est inacceptable. Ridiculiser les électeurs qui appuient un parti, peu importe lequel, l’est tout autant. On prend toutefois pour acquis que ce genre d’attaques est de bonne guerre. Mais qu’un homme armé ait pu entrer dans un rassemblement politique et faire feu me laisse sans mots. Je suis littéralement flabbergastée.   

Nous sommes ici au Québec, au Canada, dans un pays de casques bleus et de missions pacifiques. N’en déplaise à Stephen Harper. Ce n’est pas l’Afghanistan ou la Syrie. Nous ne subissons pas ici la torture, ou encore les affres de la dictature. Nous ne sommes pas non plus aux États-Unis, où des opposants trigger happy menacent régulièrement les gens au pouvoir. Fort heureusement!

Plusieurs questions se posent, qui demeurent sans réponses ce matin.  Reste à voir ce qu’on fera pour s’assurer qu’une telle chose ne se reproduise plus. Un assainissement du climat social ne ferait certainement pas de tort. Il serait bon de se rappeler les mots de Jack Layton : « l’amour est cent fois meilleur que la haine ».

Déesse domestique (ahem!), maman-professeur, photographe amateure, coureuse de demi-fond, blogueuse.

Les opinions émises par les auteurs publiés sur Le Globe ne représentent pas nécessairement les opinions des administrateurs du site. Lisez les conditions générales
*******
+2
0
  

Vos réactions sur Facebook

Annoncez ici
More in A la Une, fil de presse, Société
Carré noir
Face à l’horreur, l’union fait la force

Il y a une multitude de mots qui caractérisent les évènements odieux s'étant déroulés hier suite à l'élection de Pauline...

logo_pq2
Élections Québec 2012 – Parti Québécois minoritaire

  Une page d’histoire est tournée : nous avons maintenant une Première Ministre. Pour la première fois de l’histoire une femme...

PLQ diable
Caricature – Yvon Roy – Le diable

Yvon Roy : http://roycaricatures.wordpress.com/

jourdescrutin (détail)
Caricature – Marc Pageau – Jour de scrutin

  Marc Pageau : http://www11.brinkster.com/marcpageau/index.html

vote anarchy
Mon vote est dans l’urne

Voilà, c'est fait. Mon vote est dans l'urne. Je suis fébrile quant à ce que cet exercice démocratique va donner...

Close