Date de publication : 22/ 05/ 2012

Villeray, je suis tellement fière de toi

Lundi soir, passé 20 heures, je vois plusieurs vidéos filmées dans les minutes précédentes, sur les réseaux sociaux. J’aurais presque pu me désoler de ne pas habiter sur le Plateau, haut lieu rouge, qui semble vibrer à l’heure de la manif des casseroles. Ici, je n’ai rien remarqué, j’avais même oublié de porter attention, n’ayant pas vu le temps passer.

Puis vers 9:05….ting ting ting ting ting. J’entends deux ou trois petits sons de xylophone rouillé.

Je me précipite vers ma cuisine, un peu hésitante de me ridiculiser en confondant manifestation des casseroles et barbecue familial chez les voisins. Je saisis le poêlon graisseux qui traine sur mon poêle depuis 2 jours, prends un ustensile…

Je cours de bord en bord en écoutant la provenance du son par les fenêtres, et finalement j’ouvre la porte donnant sur le balcon. Timidement, je tends l’oreille. J’ai espoir que je n’hallucine rien. Et j’ose. Ting ting ting ting. Ting ting. Ting ting ting ting. Tong tong tong tong. Tang ting tong tang ting tang. Silence.

Ting ting..tonk tink tonk…Silence. On a timidement communiqué via code morse à quelques reprises, incertains de qui était qui, mais nous n’étions pas seuls. Tang tang tang.

J’ai fait quelques allés-venus du genre, entre deux silences. À un moment, trois ou quatre personnes marchaient sur la rue avec leur casserole… je n’ai pu m’empêcher de lâcher un enthousiaste WOUHOU malgré ma légère crainte d’exaspérer les voisins d’à côté qui doivent penser que j’ai pété un plomb avec mon téfal crotté. Peut-être même que le gars qui joue du bruit sur des caisses de lait dans le métro qui habite pas loin va commencer à me faire des clins d’oeil….

Je repose ma vieille vaisselle, me dis que je vais aller suivre la manif au centre-ville via l’unique CUTV et son stream en direct (PS : MERCI CUTV!).

J’ai une brassée de bobettes sales qui commence à peine. Ma cafetière est à on. Au loin, j’entends… c’est non seulement reparti, mais c’est intensifié. Quelque chose se passe.

Je n’ai pas le temps de me demander si j’ai envie de faire partie de ce mouvement : je laisse tout, je prends mon poêlon de l’indignation, ma sacoche, je ne regarde pas si j’ai des morceaux de brochettes de pognés entre les dents : je sors. Sans réflexion. Ça, c’est rare, en tah.

Comme un aimant social, le bruit se fait musique. J’approche, en ting-tingnant.

Magie. Les gens de Villeray, mes voisins de près ou de loin, amicaux, souriants, bruyants, dansants.

Le quadrilatère Jarry/St-Denis est peuplé de gens sur tous les coins. D’un bord, des curieux, mais surtout des gens admiratifs de ce début de fête de quartier, applaudissent. De l’autre, une vingtaine, une cinquantaine, puis plusieurs centaines de gens, armés de leur vaisselle et de leur indignation produisent une ambiance qui va au-delà des clichés qu’on peut imaginer aux Tamtams. Les gens, les yeux brillants, scandant ensemble : « La loi spéciale, on s’en câlisse ». Poésie.

Le plus beau, peut-être aussi le plus mystérieux, mais surtout le plus drôle, dans tout ça, c’est que quand les policiers ont fini par arrivé (ils nous surveillaient discrètement de loin avant ça), malgré leurs têtes indescriptibles de stupeur face à la situation clairement paisible quoi que jamais-vue, ils ont été à la hauteur de ce que les forces policières devraient être. Ils étaient là, au milieu de la rue, à nous observer sans provocation, quand spontanément, massivement, les gens ont commencé à traverser la rue aux lumières vertes en légions, dans diverses directions. On a tourné en carré pendant des heures. Ils nous ont laissé faire, ils nous ont regardé. Ils nous ont peut-être aussi écouté.

Ça m’inspire un slogan du genre : « Traversons la rue jusqu’à la victoire! »

Le lauréat de la meilleure (et à peu près la seule) pancarte est décerné à celle-ci « Manif ridicule pour loi ridicule. »

 

Le lauréat du meilleur quartier au moment d’écrire ces lignes, c’est toi, Villeray.

Je suis fière de notre voisinage. Et notre voisinage, il est sans limite malgré ses frontières. Bienvenue dans Villeray, tout le monde!


(Source photo: meilleurduchef.com)

Avant tout, je suis une écriveuse entre les lignes. Puis ensuite, une blogueuse. Mais je ne saurais dire ce que je suis précisément.

Les opinions émises par les auteurs publiés sur Le Globe ne représentent pas nécessairement les opinions des administrateurs du site. Lisez les conditions générales
*******
0
0
  

Vos réactions sur Facebook

Vos Commentaires 3 Commentaires
Exprimez vous
  1. [...] semblent s’être déroulées dans une atmosphère guillerette et bon enfant. Et qu’un appel à jouer de la casserole hier dans Villeray s’est répandu dans toute la ville ce soir. La protestation est farfelue,  ludique, [...]

  2. Une suggestion pour vos Casseroles-Villeray.

    Depuis une semaine, la fille de mon amie au coin
    Jarry/St-Denis subit le tintamarre casserole.

    Avec un petit bébé, disons que ce n’est pas tellement agréable.
    Ce n’est pas 15 minutes, mais des HEURES de tintamarre.
    Après une semaine, je crois que “sa juste part” est faite.

    Serait-il possible de changer de coin de rue?
    St-Laurent-Jarry.
    C-Colomb- Villeray (Bienvenue chez-nous).
    Devant les bureaux de notre Gerry PLQ sur St-Laurent.

    Vive les casseroles, avec respect des petits bébés:-)
    Merci de passer le message!
    Louise April(Laloue)

Annoncez ici
More in A la Une, fil de presse, Société
Anonymous2
Crise étudiante – Un gouvernement dépassé par le web

  L'auteur du texte qui suit est Richard Bousquet, ex-coordonnateur général de Rue Frontenac et chargé de cours en journalisme....

journalisme
La crise, le citoyen et le journaliste

  Tout d'abord, je voudrais spécifier que le but de ce billet n'est pas de dénigrer la profession journalistique. Je...

ou est charest
Où est Charest?

Depuis la promulgation de la Loi 78, Jean Charest et Michelle Courchesne se terrent nul ne sait trop où. Pendant...

Le carré noir est devenu le symbole du deuil de la démocratie au Québec.
Loi 78 : Lettre ouverte à la députée de Saint-François

Voici la copie du contenu d'une lettre qui sera acheminée au bureau de la circonscription de Saint-François, représentée à l'Assemblée...

leaders
Conflit étudiant : la fin, c’est pour quand?

Je n'ose même plus employer le terme « grève » parce que je me fais rappeler qu'une grève est faite...

Close