publié le Lundi 04 mars 2013

Lettre d’un révolutionnaire à sa mère

revolution citoyenne

 

Texte reçu par courriel, signé Boris Leclerc.

Salut maman,

Tu le sais déjà, j’ai marché dans la rue aujourd’hui. Ce que tu ne sais pas c’est que j’ai marché aux côtés de sœurs et de frères d’idées, tous masqués et affublés de drapeaux noirs et symboles anarchistes ou révolutionnaires. J’te jure que j’suis pas dangereux maman, j’tuerai pas personne, j’ai seulement pris conscience du malheur du monde qui m’entoure.

J’ai marché aujourd’hui maman, pour crier mon dégoût face à la classe politique dirigeante, face à la prédominance de l’appât du gain et du pouvoir.

Ça ne fait pas si longtemps que j’ai compris toute la violence de la société dans laquelle nous évoluons. Ça ne fait pas si longtemps que j’ai compris que toute personne qui ne mange pas tous les jours à sa faim, toute personne qui n’a pas un toit où dormir est une victime de ce système économique où la poche du patron est plus importante que l’estomac du voisin.

On en voit tous les jours, maman, des symptômes du capitalisme. Oui, des symptômes, car le capitalisme est une maladie pour l’humanité. Et qu’est-ce qu’on fait avec une maladie? On n’essaye pas de l’améliorer, on la détruit. C’est pour détruire cette maladie que je me lève, le matin.

Comme beaucoup de gens, je me suis originalement battu contre une hausse abusive des frais de scolarité. Je me suis battu pour l’accessibilité aux études supérieures. J’y crois encore totalement, seulement maintenant, je crois à encore mieux. Je crois que chaque être humain sur cette terre doit vivre équitablement, et heureux.

On devrait tous prendre 10 minutes de notre vie à se pencher sur cette phrase vue sur une bannière, à l’automne :
« On ne veut pas d’une université libre, mais d’un monde libre, car une université libre dans une société capitaliste s’apparente à une salle de lecture dans une prison » Moi, en tout cas, elle m’a fait réfléchir.

Je ne m’appose pas d’étiquette, je ne saurais me dire ni communiste ni anarchiste. J’ai des sympathies pour ces idéologies, mais ne saurait me définir autrement qu’étant une personne ayant des valeurs et qui fera tout ce qui est en mon possible pour les défendre. Sans vouloir te faire peur, c’est toi, maman, qui m’a fait ainsi. Tu m’as fait croire en un monde meilleur, et tu m’as fait croire que je pouvais aider à le construire. Toutes ces valeurs que tu m’as inculquées durant mon enfance, je les pousse maintenant à l’extrême. Ces valeurs d’égalité, de solidarité, de partage et d’entraide, ces valeurs de joie de vivre, de respect de la nature, de respect de l’autre, de respect des différences, je les pousse à l’extrême, oui. C’est pourquoi je prendrai tous les moyens nécessaires pour les voir gagner sur l’individualisme, le relativisme et le cynisme ambiant.

Est-ce que ça fait de moi un extrémiste? Probablement.

Et tant que l’on ne me prouvera pas que j’ai tort de le faire, je continuerai, maman.

 

(Crédit photo : Denis Bocquet)

À propos de l'auteur

Auteur

398 articles publiés

Compte du Globe.

Les opinions émises par les auteurs publiés sur Le Globe ne représentent pas nécessairement les opinions des administrateurs du site. Voir les conditions générales

Vos réactions :

  • Le République
  • Le Globe
- Dominique Lemoine

En avril 2012, dans le magazine Canadian Pharmaceutical Marketing, la présidente d’AstraZeneca Canad ...

- Stéphane Desjardins

L’entrepreneuriat séduit de plus en plus les Québécois. Mais nous hésitons plus que nos voisins du r ...

- pieuvre.ca

Vendredi soir s'ouvre le 29e Festival Vues d'Afrique. Dix jours sous le signe du cinéma af ...

- pieuvre.ca

Une étude réalisée par des chercheurs de l'Institut MIND de l'Université de Californie à D ...

- pieuvre.ca

CISPA est mort, vive CISPA! Les défenseurs de la vie privée et de la protection des informations per ...

- pieuvre.ca

La Fédération québécoise des municipalités (FQM) refuse de lâcher prise dans le dossier des petites ...

- pieuvre.ca

Zombies, morts-vivants, ghoules... l'être affamé de matière cérébrale a la cote depuis quelques ...

- pieuvre.ca

Québec gagnerait à se pencher davantage sur la possibilité de mettre en place un système de revenu m ...

- Stéphane Desjardins

Cette minuscule monarchie constitutionnelle (35 fois moins grande que le Québec), perchée au flanc h ...

- pieuvre.ca

Sans plomb, diesel ou biocarburant? Cela pourrait bien représenter les futures possibilités lorsqu ...

- Kaouther Saadi

Je croyais que le chapitre sombre de la répression policière allait se fermer après le départ du non ...

- Tania Longpré

Cette semaine, un rapport de statistiques Canada démontrait qu’un immigrant sur cinq, au Québec, ne ...

- Jean-Guy Olivier

Alors voilà, je vais le dire : si penser peut sembler un acte des plus naturels, en fait, il ne l’es ...

- Info rédaction

Le système de collusion est loin cependant de se limiter au monde municipal et au milieu de la const ...

- Gilles Johnson

François Hollande fête ses un an à la tête de la République française. Un anniversaire au goût amer ...

- Kaouther Saadi

Alors comme ça on ferait mieux de se taire et de se considérer chanceux de vivre sous la répression ...

- Stéphane Berthomet

- Les policiers ont-ils le droit de jeter au sol un manifestant parce qu'ils sont à cran ou sur ...

- Tania Longpré

Lors de ce salon fort intéressant (d’ailleurs d’initiative de mouvements citoyens où les immigrants ...

- Brice Dansereau-Olivier

Ce texte se veut une réponse à une lettre d’opinion parue récemment dans les pages de La Presse, « L ...

- Luc Lefebvre

« Ils ne sont grands que parce que nous sommes à genoux » — Étienne de la Boétie   Certains d’entre ...

Plus dans A la Une, fil de presse, Société
alex perron
Alex Perron et la GGI : quand l’humoriste ne fait pas l’humour

Alex Perron raconte une anecdote dans une interview, choque beaucoup de gens, pour cause, et se défend en disant que c’était une blague. La supposée blague : «Pendant la crise…

calculatrice monnaie
Un gouvernement de trop? Recettes et dépenses d’un Québec indépendant

Gobeil, un conseiller au cabinet de l'actuelle première ministre et ex-employé du Bloc Québécois, a épluché les comptes publics fédéraux afin de déterminer la part que reçoit le Québec du gouvernement fédéral et surtout pour estimer les économies que pourrait réaliser un Québec indépendant en coupant les dédoublements administratifs.

FrancoeurY
Yves Francoeur, vous n’avez rien compris!

Hier, la Fraternité des policiers et des policières de Montréal se payait une pleine page de publicité dans le journal de Montréal afin de dénoncer le méchant gouvernement municipal de Montréal qui imposera aux policiers, dès le 24 mars prochain, le retour à l’horaire qu’ils connaissent depuis les années 70.

Fermer